Entrenousoidit

07 février 2021

Sans jamais dire ton nom

    En ce 7 février 1965 naissait la plus gentille et la plus belle des Zibelines. La mienne. Pour son anniversaire, j'ai collecté quelques une des étapes qui façonnèrent son parcours. Il y eu elle d'abord, tout juste arrivée dans notre étable. Automne 1964, quand je revins du collège, aprés 15 jours de captivité, elle  était là qui m'attendait.     Puis vint février et la neige épaisse qui recouvrit le sol. Le froid et les gelées. Zibeline vint frapper à la porte de notre foyer. C'était un vendredi... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 21:12 - Commentaires [8] - Permalien [#]

03 novembre 2020

Il faisait si beau ce matin.

C'était une journée ordinaire. Une journée que l'on eut pu dire printanière malgré le vent d'automne. D'ailleurs il faisait beau. Le soleil paresseusement se reflétait derrière les carreaux. Minette au jardin se prélassait, guettant une proie ou bien  un bruit d'oiseau.  Le vent  dans ses poils dansait et faisait le beau.   Minette aimait courrir et danser dans les roseaux. A peine on la quittait des yeux que déjà elle se dérobait au beau milieu de ce qu'il restait de vieux monceaux de bois, de quelques... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 17:11 - Commentaires [10] - Permalien [#]
19 octobre 2020

A coeur ouvert.

Papa, Maman, nous vivons aujourd'hui de drôles de choses. Vous n'êtes plus là pour le voir, mais, pardonnez moi, j'ai la faiblesse de penser que pour vous c'est une chance. Certains pensent et disent que le jour de notre mort, notre conscience ne meurt pas. Seule notre envelloppe physique disparaît pour se dissoudre dans la matière organique des éléments. Nous n'avons plus aucune relation avec le monde matériel, celui qui aujourd'hui nous enferme et nous oppresse. Le spirituel face au matériel, voilà l'atternative qui nous échoit. La... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 15:46 - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 juillet 2020

Fauvette.

Pour remercier Ambre Neige de son  cadeau super, que vous trouverez en cliquant sur le lien ici http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2020/07/16/38432511.html qui souhaitait quelques explications supplémentaies au sujet de Fauvette, je vais donc vous parler d'elle et des liens particuliers qui nous unissaient. Quand on dit Fauvette, chacun pense à ce petit oiseau partiellement migrateur, gris roux au plastron blanc, qui égaie nos vergers et nos jardins. La mienne de Fauvette, était rousse tâchée de blanc. Sa mère... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 14:49 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
29 avril 2020

Accroche à ton coeur..... un morceau de chiffon rouge.

Pour ce premier mai particulier, je ne résiste pas au plaisir de partager. Voici un texte, une lettre écrite par l'un de mes amis à qui j'adresse tous mes remerciements pour m'avoir autoriser à la publier. J'ai repris cette lettre en l'adaptant à ma situation personnelle et l'enverrai à mon tour continuant ainsi la chaine de solidarité, de lutte et de fraternité. Je pourrais publier la mienne, car mis à part mon nom  et mes données personnelles, je n'ai rien changé, car il n'y a rien à changer. Je la partage en tous points, mais... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 11:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 avril 2020

Mes doutes, mes espoirs, mes convictions.

En proie aux doutes et aux questionnements en cette période de confinement, que dis je d'emprisonnement, même si notre cage est uniquement constituée de notre univers familier, voilà que cherchant à tuer le temps, (pourquoi tuer quelque chose qui nous est si précieux, du reste ? Ne devrions nous pas plutôt dire à utiliser le temps différemment ?)   Je découvre en ligne des informations qui confortent mes réflexions. Sous les traits d'un philosophe scientifique en la personne de Jean Jacques Crèvecoeur, je lis et j'entends des... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 15:45 - Commentaires [13] - Permalien [#]

27 mars 2020

A vous tous.

    A mes enfants, mes soeurs, à mon frère à leurs enfants et petits enfants. A Manon, Nicole et Nathalie qui viennent ici me lire. A ceux que  Nicole asperge en secouant ma plume mais qui ne me lisent pas. A tous mes proches éloignés de moi.   Le 20 juillet 1918, à 16 heure décédait Ida valentine. Elle avait 5 ans.  Cette année là outre la guerre qui entrait dans sa quatrième année, la grippe espagnole  fit des ravages si importants qu'en à peine quelques mois, elle fit plus de morts que la guerre.... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 14:04 - Commentaires [9] - Permalien [#]
12 mars 2020

Ah ! Mes aïeux !

Qui n'a pas entendu ou prononcé cette exclamation ? Nous observant pendant que nous nous évadions de la réalité du moment, ma mère nous disait souvent : "tu penses à ce que deviendront les enfants de tes petits enfants ?" Il nous paraissait loin et bien abstrait ce temps qui arrive à grands pas, pourtant. La plus part d'entre nous sont grand mère d' enfants déjà bien grands ! Quelques pas encore et il sera là ce temps au quel nous ne pensions pas. Je ne sais si elle y pensait, elle, ni si sa mère le lui disait aussi. Quoique je... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 16:52 - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 février 2020

Comme tout le monde.

Elle peut pas faire comme tout le monde, celle là, disait souvent ma mère, parlant d'une ou l'autre qui se caractérisait par une action originale  à ses yeux et qui enfreignait les règles de l'habitude majoritairement conservée. C'est ainsi que parfois nous nous trouvions sous les foudres  de la critique maternelle sans trop savoir pourquoi. Elle le disait aussi de ses vaches qui promptes à ne pas lui obéir, lui donnaient du fil à retordre en s'échappant du troupeau. Cependant, chez elle, cela relevait plus d'une... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 09:54 - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 février 2020

Vieillir.

Vieillir jour aprés jour et se dire que les pages écrites hier ne se reliront pas. Vieillir et prendre de l'age, devenir sage sans trop savoir pourquoi. Vieillir sans retenir ni le temps qui passe ni même l'eau qui coule prés du rivage. Vieillir sans voir les sillons qui se creusent l'un aprés l'autre sur le visage. Vieillir et sentir le poids des ans qui défilent au ralenti pendant que la roue tourne. Vieillir et profiter de la vie avant que dans la nuit des temps on nous enfourne Vieillir et se retourner souvent pour ... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 19:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]