Entrenousoidit

15 avril 2019

Comme un sanglot d'éternité.

Nous sommes lundi 15 avril. Il y a huit ans, jour pour jour, maman... Je sais que tu as souffert, je sais que tu savais. Quand ils t'ont emmener à l'hopital, tu savais que tu ne reviendrais pas. As tu eu envie à ce moment de nous embrasser ? As tu eu envie à ce moment de jeter un dernier coup d'oeil à ta maison ? As tu eu envie à ce moment de revoir ton jardin, tes champs, tes prés et repenser à tes nombreux souvenirs. As tu eu une pensée pour ceux que savais aller retrouver ? Je sais que ta dernière parole en montant dans... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 10:59 - Commentaires [11] - Permalien [#]

05 mars 2019

Mes pas dans la semelle de ses sabots.

  Voilà que je suis triste et ne me sens pas bien. Est ce d'avoir évoqué tout à l'heure, sur mon autre blog, des départs,  histoires  tristes et douloureuses ? J'ai la boule. J'ai le noeud au creux de l'estomac, la gorge qui se serre, le coeur déconfit et l'âme en paté de foie. Il y a aujourd'hui 28 années j'accompagnais mon père pour son dernier voyage. J'ai déjà beaucoup écrit là dessus, mais il y a encore et toujours des moments à évoquer. Nous en évoquons chaque fois que nous nous trouvons ensemble réunis. La... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 12:04 - Commentaires [18] - Permalien [#]
17 février 2019

Comme une symphonie innachevée.

Il venait parfois à la maison, prêter la main pour quelques gros travaux, la moisson, les fenaisons, la batteuse ou la tuade du cochon. Il venait aussi souvent pour le plaisir. Rendre visite tout simpement. Du temps du grand père, il venait plus souvent, parcourant les kilomètres à vélo. Je me souviens d'une fois, où cramponnée à l'arrière du véhicule, je basculais dans une côte. Il ne s'en apperçu pas tout de suite et dut faire demi tour pour me récupérer. Je n'avais que quelques égratignures mais je geignais, comme le font les... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 12:25 - Commentaires [13] - Permalien [#]
13 février 2019

Les Rescapés de la Modière. (un si petit village, suite)

Nathalie poussait comme un petit champignon. quand je revins à la maison, je la trouvais bien changée. C'est long une quinzaine ! Pendant ce temps... dans les rues  de ce si petit village où les nouvelles vont vite tant il est petit, pendant un temps, les grands boeufs si doux de l'Aubrac se donnaient en spectacle au coeur de l'actualité... Et oui. Notre Francine venait de remplacer le Mouton et le Papillon,  deux robustes Ferrandais par une autre paire de boeufs, placides comme les précédents. Mais avant, il y eut une... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 21:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 février 2019

Une semaine en février (un si petit village, suite)

A cours d'inspiration, j'ai déserté. Vous m'avez fait l'honneur de venir et moi, je n'étais pas là. Hier, peut être, j'aurais pu. Je vous aurez parlé de cette toute dernière petite soeur qui venait de naitre, en ce 7 février 1965. Il faisait froid. La nuit était froide et angoissante. Déjà quand je rentrais du collège ce vendredi soir, il régnait  à la maison une ambiance inabituelle que je palpais sans en comprendre la vraie raison. Tout le monde semblait énervé, maman avait les traits tirés et perdait patience plus que... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 14:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
24 janvier 2019

Comme un merveilleux goût de complicité.

Je me souviens bien de ce panier ! Nous étions parti tous trois en balade, mes enfants et moi, le long de nos chemins creux. C'était une belle aprés midi d'été. Les congés venaient de commencer et mon grand était arrivé à la maison, pour trois semaines. comme j'avais hâte de le retrouver, lui que je ne vois guère que 3 ou 4 fois l'an ! Le repas avallé, nous étions partis tranquillement profitant de ce temps chaud de juillet qui précéde les journées de chaleur lourde qu'aout nous dispense à volonté. Arrivés au bord de l'allée qui... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 13:14 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2019

Un si petit attelage (Un si petit village, suite.)

en auvergne, les fermes se composent de la maison d'habitation jouxtée par la grange et l'étable, une porte intérieure permet le passage de l'une à l'autre sans passer par dehors. C'était le cas dans la vieille maison familliale. Jusqu'en 1909. Il y a toujours au fond de l'étable la grande cheminée comme autrefois, où bêtes et gens vivaient dans la même pièce. Une seule et même pièce où la chaleur des vaches profitait aux gens. Où le chien et le chat voisinaient avec les poules, le goret et tout ce qui vivait là. Mes grands parents... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 10:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
22 janvier 2019

Un si petit village. ( suite). La neige.

Aujourd'hui il neige. Cela me renvoie à mon enfance, quand les hivers froids nous parraissaient si longs et que maman nous accompagnait à l'école. Il n'était pas rare qu'arrivés à la Pinatelle, nous rebroussions chemin. Des congères plus hautes que nous ne nous permettaient pas de franchir le passage balayé par les vents. Juste en haut du chemin à l'angle du clos du Charles et du chemin qui descend à la croix des Verts. Là le vent s'engouffrait dans un couloir et rabattait toute la neige formant un véritable mur infranchissable. ... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 13:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 janvier 2019

Un si petit village. Suite. Le point de croix.

Le point  de croix. Compte tenu de mes capacités et de mon aptitude aux travaux de couture, il ne s'agit pas là de vous parler de ces activités qui meublent les journées froides d'hiver. Je vous parlais, sans l'avoir encore nommé des travaux de cet élu de ma commune. Outre un ouvrage sur les anciens soldats de la guerre de 14/18, à parraitre au printemps prochain, ce monsieur a fait un vrai travail d'historien, dont un volet traite des croix de la commune. Hier, j'ai relu plusieurs passages de ce dossier. Je me souviens de... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 15:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 janvier 2019

Un si petit village.

Aujourd'hui, aprés plusieurs nuits agitées et de cauchemards, je viens vous parler de mon village. Il n'est pas rare que je revienne la nuit au près des arbres qui m'ont vu naitre. Parfois avec insistance. Les nuits dernières, je les ai passée en compagnie d'anciens camarades de classe. Bien que dans un contexte sombre et glauque, il y avait cette présence réconfortante des gens qui m'accompagnaient. Je me suis révéillée appaisée. Mais les racines endolories. C'est comme un appel du pied en effet et je ne résiste pas à vous ... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 15:33 - - Commentaires [6] - Permalien [#]