Entrenousoidit

14 novembre 2019

Les larmes de Marie Françoise.

Personne ne sut jamais comment ce grand père était mort assassiné. Il n'y eut pas d'enquête, les journaux n'en ont pas parlé. Seul restait son violon, qui demeura silencieux, désormais. Plus bas au village, une femme pleurait, des enfants réclamaient inlassablement celui que jamais plus ils ne reverraient. La solidarité familliale s'organisa autour d'eux. Le frère du défunt se chargea de toutes les formalités. Il aida à l'éducation des petits qu'il éleva avec Jacques son fils comme  si c'était les siens et qu'eux considérèrent... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 18:02 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2019

Le violon de Grand père.

Chez nous la musique est une histoire de famille. Douloureuse parfois, dramatique même. Mais qui nous a porté tant de fois avec tant de joie. Notre arrière grand père, père du père  de  notre mère, jouait du violon. Nous avons un jour retrouver son instrument sous le lit de maman, dans un petit coffret en bois, qui nous parrut étrange. Le violon était là dans son écrin, bien ciré, bien rangé, avec le respect du à l'instrument et à l'ailleul. Depuis, nous avons eu grand soin de le conserver. C'est une pièce de musée dont... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 10:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2019

Un petit peu de bonheur

Ecouter Vivier. C'est doux. C'est bon. S'impregner de ses mots. De sa poésie. De la tendresse et la pudeur conjuguées qui par sa voix dépeignent la vie, l'amour, la mort aussi. Rendre vraies les émotions. Les découvrir. Les partager. Fanon. Mélina. Félix. La Marie, celle qui  est blonde comme les blés et qu'on attend. Celle qui est partie et reviendra changée par la vie. Changée par le temps. Et qui a pris des rides depuis le temps de ses 15 ans. Partir en débandade en repensant à ces promesses qu'on s'était fait il y a... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 12:23 - Commentaires [8] - Permalien [#]
01 novembre 2019

Toussaint.

Aujourd'hui, c'est Toussaint. Il pleut, le temps gris est bas. Alors que planent corbeaux et vautours sur la plaine. Que de lourds nuages s'amoncellent et que de sombres jours s'annoncent. Je pense à vous. Mes chers, mes tendres qui allaient devoir être là. Je pense à vous mes chers, mes tendres qu êtes partis loin dans l'au delà. Aujourd'hui est le jour où une attention particulière nous pousse un peu plus vers vous. Quand enfants, nous allions avec maman ou papa, vous dire bonjour ce jour là, nous vous apportions des fleurs. Nous... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 15:37 - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 octobre 2019

Ma vie d'avant.

Je l'aimais bien moi, ma vie d'avant. Elle était pleine de douceur. Elle était pleine de saveurs. Des couleurs, de la tendresse, de l'amitié. Les choses s'enchainaient d'un jour sur l'autre sans trop de difficultés, si ce n'est celles que chacun connait et qui font partie de la vie de tous les jours, sans plus. Parfois un gros nuages venait se poser. Parfois il cachait tout le ciel, mais ça c'était pour les choses graves aux quelles tous les vivants sont confrontés. Des tempêtes j'en ai connues aussi, bien sûr , des deuils pas... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 12:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 octobre 2019

Une certaine solitude

Qui n'a jamais entendu parler de la solitude ? Même ressenti une grande solitude ? Si Bécaud (Gilbert) a pu prétendreet chanter qu'elle n'existe pas, les paroles de la chansons n'ont de cesse d'en démontrer l'inverse.  Lény Escudéro, le grand Lény, lui disait qu'être seul c'est vivre seul au milieu de la foule et qu'être seul au milieu du désert, c'est être perdu et que ce n'est pas pareil. Quand j'entends cette chanson, j'éprouve une vague d'angoisse. Cette solitude, je la comprends, je l'éprouve parfois, même assez souvent.... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 20:22 - Commentaires [7] - Permalien [#]

21 septembre 2019

La vie est une rose

Aujourd'hui 21 septembre, journée toute ensoleillée, si particulière, comme cette autre d'il y a 34 ans où je devenais une autre. Une autre car ce n'est pas rien de devenir maman. Le soleil brillait ce jour là comme il a brillé souvent par la suite grâce à un petit bout de vie. Qui s'est affirmée jour aprés jour jusqu'à devenir un homme. Qui a lutté pour grandir et se faire une place. Qui continue de le faire pour la garder. La vie est une rose dont dit on chaque sourire est un pétale, chaque blessure une épine. Si fragile et... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 09:11 - Commentaires [8] - Permalien [#]
17 septembre 2019

Nos rendez vous manqués.

Il faut profiter pendant qu'il en est temps. N'avons nous que le temps que nous prenons qui soit bon ? Celui que nous donnons, pourquoi le limiter ? Parce que l'un ne serait pas compatible avec l'autre ? Parce que l'un empièterait sur l'autre ? Et si les deux se conciliaient ? Se complétaient ? Sans doute en aurions nous moins de regrets. Le 6 septembre je recevais via ma messagerie une invitation. J et G invitaient tous leurs amis, tous leur camarades, tous ceux qui durant tant d'années avaient marché avec eux d'un même pas et pour... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 10:53 - Commentaires [13] - Permalien [#]
01 septembre 2019

Je ne sais pas si on verra quelqu'un aujourd'hui.

" "Je ne sais pas si on verra quelqu'un aujourd'hui". Par cette phrase si souvent prononcée, ma mère tentait de nous dire sa solitude. Combien de fois l'ai je entendue ? Combien de fois ne l'ai je pas entendue ? Pas comprise ? Ignorée ? Prise à la légère ?  Elle avait élevé ses sept enfants comme elle avait pu, avait su. Sa propre mère partie, 3 mois à peine, après qu'elle eut quitté le nid, elle se retrouvait seule, avec un foyer. Une belle mère qui la détestait, des belles sœurs qui la méprisaient, un beau père dont il... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 16:33 - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 juillet 2019

Symphonie pastorale. Un si petit village -

Nous sommes en juillet... 1952. je n'ai que quelques jours. De ma naissance, je ne sais pratiquement rien. De ma première année, quelques photos me disent combien je fus choyée. Quelques anecdotes me parlent de ce temps : Le Cadet, dont je buvais le lait bourru. La mort de la Finance, qu’il fallut enterrer au pré de la petite Sagne, sous l’œil inquisiteur de la Clémence, que mon père appelait le brigadier. Les labours, avec la Charmante et la Blonde qui n’en faisaient qu’à leur tête, prenant un jour la route au galop, avec un... [Lire la suite]
Posté par delia63980 à 21:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]